• L'affaire Roswell.

    A tout ceux pour qui Roswell évoque seulement un petit film en noir et blanc sur l'autopsie d'un extra-terrestre, je vous conseille vivement de lire ce qui va suivre. Car, malgré les aspects médiatiques de l'affaire qui ne prennent que le "sensationnel irréaliste", on oublie trop souvent que l'affaire Roswell est sûrement un des dossiers les plus concrets sur un possible crash d'ovni. Pour vous aider dans les multiples rebondissements de cette affaire vieille de 50 ans, je mets à votre disposition un historique journée par journée.

    Je trouve cette image trop bien faite donc je la glisse dans l'article.

    <o:p></o:p>

    Les informations réelles et vérifiables sont en noires.<o:p></o:p>

    Les informations hypothétiques ou non vérifiables sont en rouge.

    4 Juillet 1947.<o:p></o:p>

    Le soir, un ovni lumineux est observé par divers témoins. Le même soir, alors qu'un orage éclate dehors, le fermier Mac Brazel, propriétaire d'un ranch au Nouveau-Mexique, entend une formidable explosion, différente du tonnerre.<o:p></o:p>

    5 Juillet 1947.<o:p></o:p>

    Mac Brazel, accompagné d'un enfant de 7 ans, Timothy Proctor, découvrent, étalés sur plus d'un kilomètre, d'étranges débris. Le fermier emporte une partie de ces débris dans son camion, qu'il va montrer à ces voisins, Floyd et Loretta Proctor.

    Sur un second site, qui lui contenait la partie principale du vaisseau, un groupe d'archéologue est dépêché sur les lieux. Là, ils découvrent le reste du vaisseau et les cadavres d'humanoïdes. D'ailleurs, un de ces humanoïdes est encore en vie, tournant autour du vaisseau (probablement choqué). Toutes tentatives pour communiquer avec cet être se révèle finalement vaines. Les militaires arrivent peu après, accompagnant les civils hors du périmètre de sécurité, et leurs répétant qu'ils n'avaient rien vu. Une fois la zone sécurisée, le personnel militaire "emballe" les corps des aliens morts et amenèrent celui encore en vie à l'hopital sous haute surveillance.

    Glen Dennis, entrepeneur de pompe funèbre au Ballard Funeral Home of Roswell reçoit un appel téléphonique de la base de Roswell. Dennis est questionné sur la meilleure façon de conserver des corps qui avaient été exposé et s'il posséde des cercueils enfants qui peuvent se fermer hermétiquements.

    6 Juillet 1947.<o:p></o:p>

    Le fermier Mac Brazel arrive à Roswell. Il vint montrer au shérif de la ville, George Wilcox, les débris étalés sur son ranch. Wilcox, excité, appelle la base de bombardiers atomiques de Roswell. Après avoir vu les échantillons, le colonel Blanchard, commandant de la base, ordonne au commandant Jesse Marcel (officier chargé de la sécurité), d'aller voir les lieux. Marcel se fait accompagner par le capitaine Sheridan Cavitt, chargé du contre-espionnage. <o:p></o:p>

    Brazel amène les deux hommes sur son ranch (il est situé à environ 130 kilomètres au nord de la ville), mais comme la nuit commence à tomber, ils décident de remettre au lendemain leur mission.<o:p></o:p>

    7 Juillet 1947.<o:p></o:p>

    Brazel conduit les 2 hommes sur le champ de débris. Ils passent leur journée à les ramasser, et en remplissent même les deux coffres de leurs voitures respectives. Ils sont de retour à leur base, tard dans la nuit.<o:p></o:p>

    8 Juillet 1947.<o:p></o:p>

    A son retour de la base, vers 2 heures du matin, Jesse Marcel réveille sa femme et son fils, Jesse Marcel Junior, afin de leur montrer les fameux débris. Leurs propriétés sont hallucinantes. Certains ne peuvent se casser, d'autres se plient aisemment mais reprennent toujours leur forme originelle, même si on les déforme avec une masse.<o:p></o:p>

    Dès le début de la matinée, le colonel Blanchard prend 3 décisions :

    Tout d'abord, il décide de boucler le site, ce qui est fait dans les heures qui suivent par le personnel de la police militaire. Ensuite, il décide de publier un communiqué de presse annonçant la découverte d'un "disque volant".

    Voici le communiqué publié par le San Francisco Chronicle :<o:p></o:p>

    "Les nombreuses rumeurs concernant les disques volants sont devenues réalité hier: le bureau de renseignement de la 509 ème unité de bombardement de la 8ème Armée aérienne, à la base aérienne militaire de Roswell, a eu la chance d'entrer en possession d'un disque grâce à la coopération d'un fermier local et du bureau du shérif du comté de Chaves. L'objet volant a atterri sur un ranch près de Roswell, la semaine dernière. Ne disposant pas du téléphone, le fermier a entreposé le dique en attendant de pouvoir prendre contact avec le shérif, qui a informé à son tour le commandant Jesse A. Marcel, du bureau de renseignement de la 509ème unité de bombardement. Une action a été entreprise immédiatement, et le disque a été récupéré à la ferme. Inspecté à la base aérienne militaire de Roswell, il a été ensuite remis par le commandant Marcel aux autorités hiérarchiques. "<o:p></o:p>

    Enfin, il envoie Marcel au quartier général de la 8ème armée, à Forth Worth, au Texas, pour apporter des débris au général Ramey, commandant de la région aérienne.
    Ensuite, Blanchard décide de partir "en congé" pendant 3 semaines, comme si rien ne s'était jamais passé.

    Le soir même, le général Ramey convoque la presse. L'ovni s'est transformé en ballon météo, de type Rawin avec sa cible radar. Le commandant Marcel, malgré l'humiliation subit durant ce communiqué, se tait. Un nouveau communiqué publié, des témoins menacés, des vols spéciaux détournés, des dossiers détruits et des officiers séparés seront nécessaires pour enterrer une affaire sur 31 ans.

    20 Fevrier 1978.<o:p></o:p>

    C'est le commandant Marcel qui relance le premier, mais toutefois de façon locale, le dossier Roswell. C'est par ces révélations à l'ufologue Stanton Friedman, comme quoi l'armée aurait dissimulé les vrais débris, qu'il remet en route une machine rouiller; depuis 1947.<o:p></o:p>

    Peu à peu, les langues se délient. C'est alors, que pour la première fois, est évoquée le cas des humanoïdes récupérés en grand secret.<o:p></o:p>

    Juin 1993.<o:p></o:p>

    Les témoignages s'accumulent, l'armée ne fait toujours aucune déclaration. C'est alors que Steven Schiff, député républicain du Nouveau-Mexique, réclame du ministère de la défense des informations sur l'affaire Roswell. Se heurtant à une fin de non-recevoir, il demande une enquête officielle au Congrès en Octobre.<o:p></o:p>

    Fevrier 1994.<o:p></o:p>

    L'armée, ressentant le danger éventuel que pourrait établir cette commission, décide de publier un rapport de 22 pages. Là, il n'est plus question d'un ballon-météo, mais d'un train de ballons ultra-secret, le projet "Mogul", chargé de detecter par acoustique les explosions des futures explosions atomiques Russes.

    Début 1995.<o:p></o:p>

    C'est la date de publication du fameux reportage sur l'autopsie d'un extra-Terrestre.

    Début 1995, un producteur anglais du nom de Ray Santilli, affirme avoir acheté à un cameraman de l'armée Américaine un film illustrant l'autopsie d'un extra-terrestre, un de ceux qui s'étaient crashés en 1947.
    Mais plusieurs éléments nous font douter de l'authenticité même de ce film, ou plutôt, de cette "mise en scène".

    Tout, d'abord, l'origine même du document est mise en cause. En effet, le fameux cameraman militaire qui a fourni le document est mort depuis longtemps. Ensuite, c'est sur la façon de filmer que ce documentaire fait douter. Selon l'usage, à l'époque, il y avait 2 caméras fixes dans la pièce, ainsi qu'un photographe, dans tout les cas d'autopsies. Dans ce film, on peut voir qu'il n'y a qu'une seule caméra, mobile, et qu'aucun photographe n'est présent. <o:p></o:p>

    Après, c'est dans le cadavre lui-même que subsitent divers problèmes. Selon les différents témoignages, l'extra-terrestre était petit (environ 1m20), mince (ce qui n'est pas le cas ici) et avait 4 doigts finissant chacun par une sorte de ventouse.

    De plus, alors que l'extérieur du cadavre à un aspect humain (les os sont apparents), on ne retrouve, à l'intérieur de celui-ci, aucune ressemblance avec des organes internes humains. Autre invraissemblance, le cadavre lui-même. Il ne tient pas une position habituelle de "cadavre normal". C'est comme ci cet extra-terrestre (de latex) avait été moulé debout, pour ensuite le "coucher" sur la table d'opération. <o:p></o:p>

    Enfin, dernier détail choquant, les chirurgiens; ils ressemblent plus à des acteurs qu'à de réels médecins. En témoigne leur manipulation de la bistouri : des gestes trop rapides et profonds, ainsi que leur manière d'autopsier le corps (tout les organes retirés sont "jetés" dans un sceau). <o:p></o:p>

    Quoi qu'il en soit, les enquêteurs considèrent aujourd'hui ce film comme étant faux. Certains d'entre eux affirment même que ce film fut monté de toutes pièces afin d'éclipser le rapport d'enquête du congrès, publié fin Juillet 1995. Si tel était le cas, l'armée aura encore réussit un formidable tour de passe-passe. <o:p></o:p>

    L'historique de cette affaire est donc terminé, les rebondissements de ces dernières années étant sans réels importances.

    En conclusion de cette affaire, tout ce que pourrait dire n'importe qui, est que ce dossier est loin d'être clos.
    Dans la conspiration du silence et du mensonge, où se situe la vérité ?????

    ------------------------

    L'affaire roswell est de loin l'affaire qui a fait couler le plus d'encre.
    Une déclaration pour ensuite revenir desus!
    Des menaces,des mensonges,des canulars,des fausses pistes et un gros mur de silence.

    ------------------------

    Je ne me souviens pu de la source puisque j'ai un tas de doc sur le pc et j'ai pas noter les sources à chaque fois et pas moyen de la retrouver donc merci à l'auteur .
    En espérant qu'il m'excusera de modifier les articles à chaque fois(couleurs,image ou encore les tournures de phrase.

    Pour savoir plus :

    roswell
    Ou google est votre ami.




  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :